Volcan la pété !

Eruption du Piton de la Fournaise le 30 juillet 2015.


Le Piton de la Fournaise est le second volcan de l'île de La Réunion (le premier étant le Piton des Neiges, endormi depuis 12 000 ans). Il culmine à 2 632 mètres et on peut atteindre le cratère Dolomieu grâce à une randonnée incontournable et dépaysante parmi les anciennes coulées de lave. On se retrouve alors au-dessus d'un océan de nuages avec une vue imprenable sur l'océan indien, au pied du volcan.



Cependant, lorsqu’une éruption est en cours, il n’est pas possible de descendre dans l’enclos. Nous pouvons seulement le contourner en hauteur par le nord ou le sud en partant du Pas de Bellecombe.

En juillet 2015, nous étions en vacances dans ma famille à La Réunion, lorsque nous avons pris connaissance de l'éruption du volcan. Nous nous sommes alors jetés sur ma voiture pour ne pas louper cet événement exceptionnel que chaque Réunionnais tente d'observer (parfois plus de 6 heures d'embouteillages). Les éruptions du Piton de la Fournaise peuvent durer quelques heures, quelques jours ou quelques mois ! C’était la première fois que Marion allait voir une éruption de sa vie et c’était son rêve.

Une fois arrivés sur le Pas de Bellecombe, point de vue idéal pour observer les éruptions volcaniques, nous étions plongés dans une épaisse brume mais entendions un bruit sourd. De nombreux touristes étaient présents mais s’impatientaient au bout de dix minutes. Après quelques heures de patience et un pique-nique digne d'un Réunionnais (sauté mines en barquette et piment chinois sous les yeux ébahis des touristes), la brume s'est levée et nous avons enfin pu voir la puissance de la nature de nos propres yeux.

J'ai déjà vu ce spectacle lorsque j'étais enfant, mais je suis toujours impressionné de voir les entrailles de la terre s'ouvrir pour laisser s'échapper une lave aussi colorée, dont on peut ressentir la chaleur malgré la distance. Nous avons contourné l’enclos par le nord et avons trouvé un point de vue magnifique, que nous n’avons pas quitté jusqu’au soir.



A cette époque, je possédais mon tout premier appareil photo, un Sony Alpha 35 et avec l’aide d’un téléobjectif Sigma 70-300mm f/4.0-5.6, j’ai pu prendre des photos de la lave qui s’échappait de la faille.



J'ai choisi de vous présenter cette photo en particulier car il est très difficile de se rendre compte de la taille de cette faille (14 km) et de la hauteur des geysers continus de lave, qui étaient particulièrement impressionnants. C'est lorsque nous avons vu les géologues et volcanologues s'approcher de la faille que nous avons réalisé que tout était à une échelle démesurée. Nous pouvons les voir en bas à droite sur la photo.

En quittant le parking, nous avons croisé un nombre incalculable de voitures à l’arrêt sur près de 15 km. Nous avons compris notre chance d’être arrivés tôt ! Le lendemain, des amis nous ont raconté avoir passé la nuit dans les embouteillages avant de pouvoir admirer l’éruption au petit matin …



Eruption du Piton de la Fournaise le 22 février 2017


Le 22 février 2017, nous avons voulu voir l’éruption en cours et n’avions pu y accéder qu’en journée.

Une des difficultés principales pour l’observation d’une éruption du Piton est le lieu même de la faille. Elle n’est pas toujours visible, en particulier de jour. Lors de cette éruption, nous avons marché trois heures sous le soleil à plus de 2000 mètres d’altitude en direction du sud pour tenter d’accéder à un point d’observation intéressant. Malgré nos efforts, le vent amenait la fumée qui se dégageait du point d’éruption vers nous, nous empêchant de voir le volcan et l’éruption.

Après plusieurs heures d’attente (le temps peut changer rapidement à cette altitude), nous avons rebroussé chemin afin de prendre le volcan dans sa totalité.



Sur cette photo, l’éruption se trouve sur la droite. Pour prendre cette image, j’ai utilisé mon appareil actuel, un Nikon D610, avec un objectif Samyang 14mm f2.8 et un filtre Nisi ND64 (exif : 0.5sec, iso 100, f/16).

Depuis la route de l’est, près de Sainte-Rose, il est possible de voir les anciennes coulées de laves, sur lesquelles la route a été reconstruite. Certaines sont visibles sur la photo, il s’agit des coulées brunes, que l’on peut également croiser lors de l’ascension du volcan.


En 2018, j'ai participé à un concours intitulé "Photographiez les Outre-mer" organisé par Wikimédia France, l’Agence Française de Développement et le Ministère des Outre-Mer. J’ai eu l’honneur que deux de mes photos soient sélectionnées parmi les 12 lauréats, puis exposées à Paris en février 2019. C'est une immense fierté que cette photo ait été choisie pour représenter La Réunion et sa biodiversité unique. Je présenterai prochainement un article sur ce concours, dont le but est de mettre en lumière la richesse du patrimoine naturel des territoires d'Outre-mer qui abritent 80% de la biodiversité française.



Eruption du Piton de la Fournaise le 30 avril 2018


Pour une fois, nous avons voulu admirer et photographier une éruption de nuit. Nous sommes donc arrivés dans l’après-midi afin de marcher (environ 2h30) et trouver un endroit où la visibilité serait bonne. Ce n’était pas sans compter le temps très capricieux de ce jour : après une fin d’après-midi sous un grand soleil et un coucher de soleil très coloré, un épais brouillard extrêmement humide est venu s'installer dans l’enclos. Nous avions heureusement prévu des K-ways, des protections pour le matériel photo et des lampes de poche et frontales, mais le temps était très difficile à supporter.



Après plus d'une heure d'attente dans le brouillard et l'humidité à 5°C, l'enclos s'est finalement vidé pour laisser apparaître les coulées et les explosions rougeoyantes. Nous avons également eu le privilège d'avoir une pleine lune, venue faire office de projecteur sur ce magnifique spectacle haut en couleurs.

Pour réaliser la photo suivante, j’ai utilisé mon appareil Nikon D610, un objectif Tamron 15-30mm (exif : 18mm, f/8, iso 800, bracketing de 3 photos 1/10, 1sec, 2sec).

Le voyage et les conditions météorologiques sur place furent rudes. Mais le jeu en valait la chandelle ! Voir une irruption volcanique dans un cadre aussi fantastique est vraiment une chance incroyable.



De nombreux touristes, photographes et Réunionnais étaient venus admirer ce spectacle et tout comme pour de nombreuses personnes lors de l’éruption de 2015, nous avons mis deux heures chaotiques, à l'arrêt, pour quitter le parking, puis la Plaine des Sables.

En dehors des éruptions, il est tout à fait possible de pratiquer la randonnée et d’accéder au bord du cratère, parfois encore fumant. Sur la route, les points de vue sont à couper le souffle car on se retrouve au-dessus des nuages.



0 vue


© Alexandre Péribé Photography, 2020

alexandre.peribe@gmail.com | France

N°SIREN : 852 828 045